Ville de Saint-Joseph, La Réunion

 
  • Pour recevoir les nouvelles de votre ville sur votre téléphone mobile, inscrivez-vous à Info SMS

  • Rejoignez-nous sur facebook, Twitter et maintenant Instagram : @stjoseph97480

 
 
 
Accueil A la Une Manapany, rétablir les faits et la tranquilité
 

Manapany, rétablir les faits et la tranquilité



Patrick Lebreton, Maire de Saint-Joseph, a tenu ce mardi 1er décembre 2020, une conférence de presse sur le thème : Manapany, rétablir les faits et la tranquilité.

LA BAIE DE MANAPANY, PATRIMOINE REMARQUABLE DE LA REUNION. Manapany, Tout’Domoun i aim a lu !
Saint-Joseph, fier de son patrimoine
Préservons Ensemble Manapany, ti coin tranquille et paisible.

NOTRE ENGAGEMENT : VALORISER MANAPANY

La priorité de la Ville de Saint-Joseph est de préserver ce patrimoine remarquable de Saint-Joseph. Améliorer les conditions de vie et le cadre de vie pour les habitants est une attente des Manapaniens, cela est valable pour tous les quartiers de Saint-Joseph. Ces évolutions se construisent dans la transparence et le dialogue régulier avec la population de Manapany. Plusieurs réunions publiques et échanges ont eu lieu au cours de ces dernières années.

Manapany, haut lieu touristique du Sud sauvage

Toutes les conditions doivent être mises en œuvre pour que le grand public profite pleinement de ce lieu touristique Réunionnais. Pour ce faire, la responsabilité de la Ville est d’attirer une offre touristique de qualité. Il n’a jamais été question de limiter l’accès du grand public au site de Manapany.

Améliorer l’offre touristique à Saint-Joseph

L’offre hôtelière du Sud Sauvage vient se moderniser par l’arrivée d’un hôtel de charme de 30 chambres, d’une dimension qui ne dénature pas le site et qui favorise la bonne insertion de l’ensemble dans son environnement. Le Manapany Bay est un hôtel de charme 4* de 30 chambres sur un terrain (actuellement de cannes à sucres) de 3,3HA. Le projet fait la part belle aux espaces naturels à végétaliser. La stratégie paysagère est un élément clef du projet. Près de 45 plants d’arbres remarquables seront plantés selon les préconisations du PLU. La qualité architecturale et paysagère sont des exigences fortes de ce projet. Il ne porte aucune atteinte à la préservation des milieux.

Le site est historiquement un champ de cannes. La canne ne constitue pas un habitat naturel pour le Gecko vert de Manapany. On le retrouve plutôt dans les vacoas, les lataniers, … L’implantation d’un hôtel sur ce site ne représente donc pas une menace pour l’animal endémique. Au contraire, il est prévu de développer les ilots végétaux pour le développement du gecko.

30 emplois sont prévus. Pour ce faire, la Commune de Saint-Joseph a conclu, le 1er Octobre 2020, une convention emploi/formation avec l’équipe du Manapany Bay et les partenaires de l’emploi.

Le Manapany Bay en bref

  • 30 chambres
  • 3,3HA classé en zone touristique au PLU, une vocation touristique depuis 1994.
  • Bail à construction de 40 ans
  • 5Millions d’euros d’investissement
  • 45 espèces endémiques replantées
  • Livraison 2022

SAINT-JOSEPH, PRENDRE EN COMPTE LE NIVEAU DE PRECARITÉ ET APPORTER DU DEVELOPPEMENT DANS NOS QUARTIERS

Face au taux de chômage et au nombre de familles frappées par la pauvreté dans la Commune, tout renoncement au développement de l’activité et de l’emploi serait irresponsable. Le développement durable ne doit pas opposer l’environnement et l’activité économique. Nous devons valoriser nos quartiers de manière raisonnée.

Dans une période de crise comme celle que nous connaissons un tel investissement dans l’un des secteurs les plus impactés reste une opportunité à saisir pour contribuer à structurer et valoriser le territoire, ce qui profitera au monde économique de Saint-Joseph.

En effet, après des enseignes comme Leclerc, Weldom, Burger King, aux TERRASS, du Leader Price de la Plaine des Grègues ou encore du Super U de Vincendo, et d’autres projets de commerces ouverts récemment en centre-ville, le futur hôtel de Manapany s’inscrit, aux côtés de la Commune de Saint-Joseph et des acteurs de l’emploi et de la formation dans une démarche qui vise l’accès à l’emploi de notre population, et plus largement, de celle du bassin de vie du Sud Sauvage.

Mixité sociale

Au total ce sont 21 maisons de ville qui ont été livrées, à Manapany, en 2019 allant du T2 au T4 pour les 2 lotissements, Le Manapanien et Édouard Vitry, des logements locatifs très sociaux. Ce type d’opération permet à des familles qui sont dans le besoin de disposer d’un toit digne. Pas un quartier de Saint-Joseph ne doit être exempté d’une opération de logements sociaux, tant que le règlement d’urbanisme le permet. Manapany y compris. L’objectif reste que les nouveaux résidents, à terme, puisse un jour en devenir propriétaire. Plus de la moitié des logements a été attribuée à des familles originaires du quartier.

Faciliter l’accès au site de Manapany

L’accès au site de Manapany doit également pouvoir être facilité par l’aménagement du Boulevard de l’Océan qui vient d’être livré. Cette action d’amélioration du cadre de vie pour les habitants fait partie du dispositif ANK « Arrange Nout Kartié » déployé sur tous les quartiers de la Ville.

L’aménagement routier de l’allée des Pétrels (entre la rue des Pipangayes et le Boulevard de l’Océan) permettra également un accès facilité. La question de la réouverture au public de la partie privatisée du boulevard de L’Océan « promenade des amoureux », par l’ancienne municipalité nous a été demandée par les Manapaniens, cette demande est portée par l’Association pour le Développement et de Promotion de Manapany (ADPM). L’accès au chemin des Anglais sera ainsi facilité.

QUEL DEVENIR POUR LA MAISON MUNICIPALE DE MANAPANY ET SA COUR ?

La position de la Ville de Saint-Joseph, propriétaire de la Maison, est très claire. Les dérives constatées conduisaient à une utilisation exclusive du site de la cour par une seule association, de surcroît à des fins non conformes à la vocation d’un site communal. L’objectif est bien de mettre fin à ces dérives et à une forme d’appropriation du lieu. L’objectif de la ville est de faire revivre cet espace dans sa vocation première, et de pouvoir le mettre à disposition de toute association de Saint-Joseph qui en ferait la demande pour des évènements ponctuels.

« La maison des geckos »

Il y a quelques années, le Conseil Municipal des enfants, impliquant les élèves des écoles primaires, a réalisé le sentier du Gecko au Four à chaux. Il avait également proposé, en continuité de l’aménagement de la cour en « maison des geckos ». Cette action s’inscrit dans une démarche de développement durable pour le quartier, notamment en ce qui concerne la transmission et la sensibilisation des plus jeunes à l’importance de préserver notre nature.

FOIRE AUX QUESTIONS

  1. La Cour de la Maison de Manapany est un espace public ? FAUX
    La maison a toujours été un site privé, d’abord une propriété privée, puis un restaurant. La Ville l’a achetée en 1967. Il est clair que le site ne sera plus le lieu de fêtes nocturnes, ni même un lieu de squat. Les Saint-Joséphois et la Manapaniens ne veulent pas d’un Rond-Point des Azalées bis à Manapany – rappelons que tout accident ou incident engagerait la responsabilité pénale du Maire. Problèmes de circulation, de stationnement, nuisances sonores, dépôts de déchets et détritus dans la rue et devant les habitations, … Mais surtout l’alcool et les substances illégales entraînaient des nuisances croissantes pour les habitants de Manapany. Depuis 2018, plusieurs plaintes ont été déposées auprès de la ville, des services de l’Etat et des forces de l’ordre pour que cessent ces agissements. La Maison doit retrouver sa vocation d’équipement communal, qui pourrait être mis à disposition, ponctuellement, aux associations de la Ville de Saint-Joseph qui en feraient la demande.
  2. Un hôtel 4* dans la cour de la Maison Municipale de Manapany ? FAUX
    Ni même aucune expropriation n’a été prononcée ou le sera dans l’avenir pour construire cet ensemble touristique de 30 chambres.
  3. Un hôtel est-il prévu à Manapany ? VRAI
    Un hôtel de charme à dimension humaine est prévu sur un périmètre plus éloigné et en hauteur entre la RN2 et le début du Boulevard de l’Océan. Il comporte 30 chambres, une ampleur bien moindre par rapport aux 65 chambres du Palm situé sur le site voisin de Grand Anse à Petite Ile. Tout comme à Grand Anse (au moment de la construction de l’Hôtel une même polémique était née), la plage de Manapany restera ouverte à tous. Aucune privatisation du bassin, du parking ou de la cour de la Maison Municipale n’est envisagée. L’Hôtel est porté par un opérateur local, un investisseur Réunionnais implanté dans le sud (exploitation de la Villa Delisle à Saint-Pierre) et non par un grand groupe ou une multinationale.
  4. Les banians seront-ils coupés ? FAUX
    Aucun des banians, ni même tout autre espèce endémique ne seront abattus. Les 2 banians seront élagués comme chaque année pour des raisons de sécurité en période cyclonique, pour éviter que les branches tombent sur le restaurant ou sur des usagers qui seraient à proximité.
  5. les Geckos verts de Manapany sont-ils menacés ? FAUX
    La Ville est accompagnée par l’Association experte en matière de préservation du Gecko, Nature Océan Indien, qui a mis en place le protocole de sauvegarde des Geckos pour l’élagage des banians. Toutes les dispositions sont prises pour éviter tout risque d’atteinte à cet animal endémique, symbole du Sud Sauvage en général et de Manapany en particulier. La ville depuis de nombreuses années bénéficie du plan national de sauvegarde de la biodiversité et la préservation du Gecko est une priorité.
    Au niveau de la commune différentes actions sont poursuivies : la plantations d’espèces végétales qui lui sont favorables, la création du sentier Gecko au Four à Chaux, la mobilisation communale pour interdire l’utilisation des insecticides chimiques dans le cadre de la Lutte Anti vectorielle sur le quartier de Manapany, la lutte contre les chats errants sur Manapany, la lutte contre le grand lézard vert de Madagascar : mise en œuvre d’une quarantaine à la pépinière communale,… 
» Haut de page
 
Saint-Jo, demain